L'APC exerce une influence au niveau politique

 D’importantes décisions pour le personnel de la Confédération ressortissent aux parlementaires. Grâce à sa présidente, la conseillère nationale Barbara Gysi, l'APC peut s'impliquer dans la politique du personnel.

INTERVIEW DE BARBARA GYSI, PRÉSIDENTE DE L’APC ET CONSEILLÈRE NATIONALE

Barbara, pourquoi l’APC a-t-elle besoin de toi en tant que conseillère nationale ?

Pour le personnel de la Confédération, c’est un grand avantage d’avoir une représentation au Parlement. Je me bats quotidiennement contre les stéréotypes négatifs sur les employé.e.s de l’État, qui malheureusement, prévalent encore. Je peux intervenir dans des dossiers. Je précise encore que la  loi sur le personnel est aussi adoptée par le Parlement.

Quels stéréotypes?

L’image de postes de travail sûrs, avec des employé.e.s lents et peu flexibles. Ce n’est pas du tout ce que je vis. Au contraire, la capacité d’innovation de l’administration et son personnel est extrêmement sous-estimée.

Quel est le plus grand défi actuel ?

La pression sur les employé.e.s est de plus en plus forte. Les exigences sont toujours plus élevées et doivent être satisfaites avec toujours moins de personnes. De nombreuses réorganisations sont également en cours; il est important que les collaborateurs et collaboratrices n’en sortent pas perdants.

Qu’as-tu concrètement obtenu jusqu’à présent au Parlement ?

Notre travail syndical est très souvent de nature défensive. La plupart du temps, l’objectif n’est pas forcément d’obtenir des améliorations, mais d’empêcher des détériorations. J’ai pu fêter quelques succès dans ce domaine. J’ai par exemple contribué de manière déterminante à ce que MétéoSuisse ne soit pas externalisé. Grâce à diverses interventions, j’ai obtenu que l’administration douanière soit observée d’un œil critique. Le fait que le congé de paternité pour les employés de la Confédération ait doublé (4 semaines désormais) est également un succès auquel j’ai contribué.

Comment fonctionne le lobbying au Parlement ?

C’est vrai, je suis bien sûr lobbyiste. Il est essentiel pour moi de sensibiliser mes collègues aux revendications syndicales et de trouver des alliances. Bien sûr, c’est plus facile au centre/gauche qu’avec les bourgeois. Mais il est fondamentalement important d’aller vers les individus dont je sais qu’ils sont ouverts au dialogue. L’échange avec d’autres syndicats est également important.

Comment se présente ton avenir ?

Je suis élue pour quatre ans, je continuerai mon travail de parlementaire avec beaucoup de motivation. Ensuite, je verrai ce qu’il en est. Pour l’APC, il est sans aucune doute important d’avoir une représentation au Parlement. Cela nous donne du poids et nous aide à travailler en réseau. Et nos membres ont clairement exprimé le souhait que nous donnions une orientation politique à notre action.

Retour  à l'aperçu

Plus fort.e.s ensemble. Devenez membre de l'APC et profitez...

…de nombreux avantages tels que des conseils juridiques concernant votre emploi, de nombreux rabais, une représentation efficace de vos intérêts et bien plus encore...