Assemblée des délégué.e.s de l'APC

Approfondissement des discussions en vue d’une affiliation collective avec le SSP

Luc Python

40 délégué.es. de l’APC étaient présents à la « Maison des sports » le 15 novembre dernier à Ittigen pour assister à l’assemblée des délégué.e.s 2022. Ils et elles ont approuvé un budget avec de nombreuses mesures d’économie et donné leur feu vert à l’approfondissement des discussions avec le Syndicat des Services Publics (SSP) en vue d’une affiliation collective. Autre point fort de la journée : le vice-président de l’APC, René-Simon Meyer, a démissionné du comité directeur après de longues années d’engagement syndical.

Dans son discours de bienvenue, la conseillère nationale Barbara Gysi, a remercié chaleureusement  les membres et les employé.e.s de l’administration fédérale et du domaine des EPF pour leurs prestations exceptionnelles durant le Covid et la période actuelle de difficulté énergétique. «Les employé.e.s de la Confédération sont toujours au cœur des tendances du moment. Leur salaire est équitable par rapport à leur travail et leur engagement » a-t-elle affirmé. Pour le secrétaire général, Jérôme Hayoz, l’inflation actuelle est difficile pour les petits et moyens revenus. L’APC en est consciente, c’est pourquoi elle a lancé une pétition demandant une pleine compensation des salaires et des rentes auprès du chef du personnel de la Confédération, le conseiller fédéral Ueli Maurer.  Le rapport annuel 2021 ainsi que les rapports du comité directeur ainsi que des différentes commissions ont été approuvés sans discussion.

Un bénéfice grâce à la vente de l’immeuble d’Ostermundigen.

L’APC boucle l’année 2021 avec un bénéfice de CHF 31’000.- pour des dépenses de CHF  2’192’472.31. Ce bon résultat est dû principalement aux recettes générées par la vente de l’immeuble de Ostermundigen (+CHF 510’000.-). Les revenus représentent 2’223’398 CHF, en baisse de CHF 105’000.-par rapport à l’année précédente en raison de la diminution du nombre de membres. L’APC perd environ 200 membres par année depuis 2005. L’effectif était de 12’000 membres en 2005, il est de 8’000 membres au 31.1.2021. Les comptes sont approuvés à l’unanimité moins deux abstentions.

Un budget 2023 très discuté

« L’augmentation des cotisations décidée par l’assemblée des délégué.e.s l’an dernier pour 2022 était nécessaire » a affirmé Nicolas Schmidt, caissier de l’association, en préambule à la présentation du budget 2023. Ce dernier prévoit un déficit de CHF 33’500.-, mais après une série de mesures d’économie sévères touchant tous les domaines, mais particulièrement les salaires du personnel de secrétariat, la rémunération du comité directeur et la renonciation des sections à recevoir une partie (la moitié) de la contribution d’association. Ces mesures sont valables pour l’année 2023 seulement. Les délégué.e.s ont aussi accepté que les frais de la carte REKA de CHF 8.- ne soient dorénavant plus pris en charge par l’APC. La présidente de l’APC et le caissier ont dû répondre à de nombreuses questions des délégué.e.s sur les économies mais aussi sur les projets de l’APC pour augmenter le nombre de membres. Au final, le budget a été accepté par 26 voix contre 9 et 2 abstentions.

Projet de rapprochement avec le SSP : l’état des lieux

Il y a une année l’assemblée des délégué.e.s donnait mandat au comité directeur d’étudier la possibilité d’une fusion avec le SSP. L’étude vers une intégration complète de l’APC su sein du SSP a montré que ce n’était pas possible en raison de différences trop importantes entre les deux associations, notamment la différence de montant des cotisations entre le SSP et l’APC et des difficultés d’harmonisation des conditions d’emploi entre les deux entités.  Les flux financiers étaient aussi en défaveur de l’APC. Le risque de refus du projet devant l’assemblée des délégué.e.s était trop important.

Le comité directeur privilégie plutôt une affiliation collective de l’APC au SSP. L’APC fait partie du SSP, mais conserve son entité juridique indépendante. Les flux financiers sont plus clairs et le gain en synergie organisationnelle et financier est intéressant. L’APC, par ses membres, renforcera ainsi le SSP et donc le service public et l’APC serait ainsi renforcée par le SSP au sein de l’Union syndicale suisse (USS). « Le SSP, avec l’APC, deviendrait ainsi le deuxième syndicat au sein de l’USS » a expliqué Barbara Gysi.

Face aux questions de délégué.e.s qui s’inquiètent de l’avenir de l’APC au sein cette nouvelle entité, le vice-président, René-Simon Meyer, a dit être convaincu que la voie choisie par le comité directeur « est la voie de la sagesse, car dans l’environnement actuel, il est important d’être fort pour défendre le service public. » L’assemblée a plébiscité la solution proposée par le comité directeur puisqu’à l’unanimité, elle charge la direction du projet d’élaborer en détail l’option de l’affiliation collective et de présenter un projet de contrat pour une affiliation collective. Celui-ci sera discuté lors de l’assemblée des délégué.e.s 2023.

« Nous ne devons pas avoir peur du futur, mais il y a effectivement de nombreux défis à relever »

Invitée d’honneur de l’APC, la conseillère nationale Sarah Wyss (PS), présidente du syndicat Garanto, a fait un état de la situation financière de la Confédération et des solutions afin de faire face aux besoins futurs. L’interprétation moderne du frein à l’endettement fait, par exemple, partie des solutions possibles. La situation financière de la Suisse est bonne. « Nous ne devons pas avoir peur du futur, mais il y a effectivement de nombreux défis à relever ». Dans ce contexte, la Suisse a besoin d’une administration compétente. Elle a dénoncé les reproches sans cesse faits aux employé.e.s de la Confédération : trop payés, privilégiés, trop de personnel. Le pourcentage des dépenses en personnel (8 %) par rapport aux dépenses totales ordinaires de la Confédération est resté stable ces dix dernières années. La présidente de Garanto est aussi d’avis que les syndicats et associations de personnel ont aussi pour mission de démontrer l’importance du service public.

L’AD a réélu le comité directeur et sa présidente, Barbara Gysi. Elle a pris congé de René-Simon Meyer, vice-président, démissionnaire (voir encadré). Son siège, destiné à un.e représentant.e est vacant pour l’instant. La présidente a aussi chaleureusement remercié tou.te.s les membres démissionnaires des commissions pour leur engagement.

Campagne « un automne pour les salaires et les rentes »

Le secrétaire général Jérôme Hayoz a montré l’engagement de l’APC en matière salariale pour les collaboratrices et collaborateurs actifs de l’administration fédérale et du domaine des EPF ainsi qu’en faveur d’une augmentation des rentes pour les retraité.e.s en raison de l’inflation. Il annoncé fièrement que l’APC avait récolté 4279 signatures pour la pétition « la pleine compensation du renchérissement pour les salaires et les rentes ». Les résultats ont été remis au conseiller fédéral Ueli Maurer lors de la négociation salariale du 17 novembre.

Jérôme Hayoz a aussi parlé des actions organisées au sein de plusieurs offices cet automne. Il a lancé un appel aux délégué.e.s pour qu’ils et elles collaborent avec le secrétariat pour mettre sur pied de nouvelles actions au printemps. « C’est important que les employé.e.s nous voient, cela a une influence sur le recrutement des nouveaux membres ».

L’apéritif offert à la fin de l’assemblée a permis aux nombreux délégué.e.s de prolonger les discussions dans la convivialité et la bonne humeur.

René-Simon Meyer quitte le comité directeur de l’APC

C’est une grande personnalité de l’APC  qui donnait sa démission du comité directeur de l’APC lors de cette assemblée 2022. René-Simon Meyer, ancien président de la section de Genève, ancien président de l’APC et actuellement vice-président se retire du comité directeur de l’APC. Vivement émue, la présidente de l’APC Barbara Gysi, a remercié René-Simon Meyer pour son très grand engagement en faveur du personnel de la Confédération et du domaine des EPF. Danielle Nardonne, présidente de la section de Nyon et collaboratrice auprès d’Agroscope a également rendu un hommage appuyé à René-Simon Meyer « qui prenait à coeur les soucis des comités de section. Il aimait s’impliquer et soutenir. Il a donné un fort soutien aux collaboratrices et collaborateurs d’Agroscope lors de sa réorganisation en mettant sur pied notamment une pétition à l’attention du conseiller fédéral en charge, Johann Schneider-Amman. Cette action est restée inoubliable parmi les membres APC travaillant chez Agrosocpe. Nous lui devons beaucoup. » Daniel Cattani, membre de la section de Genève a lui aussi adressé de chaleureux remerciements à René-Simon. « Il m’a toujours impressionné par sa motivation et sa combativité dans son engagement pour le personnel. Quand il s’exprimait, il disait des mots tels que « c’est inacceptable, injuste, il ne faut pas laisser faire ». Il venait sur le lieu de travail, nous aidait, essayait de trouver des connexions. Il mettait tout en oeuvre pour aider les collègues. Merci René de m’avoir transmis, ainsi qu’au comité, cet esprit-là. »

René-Simon, très touché, a répondu à ces témoignages en disant que « c’était une décision difficile. Le travail syndical était une passion, je l’ai fait par conviction. Je ne veux pas être un retraité donneur de leçon. Nous avons réussi à transformer l’APC. Nous sommes devenus un syndicat. C ’est une immense chance pour l’APC que Barbara m’ait succédé, je suis impressionné par son travail, d’autant plus exigeant que c’est une période extrêmement importante pour l’APC. Je reste de tout cœur avec vous.» L’assemblée a nommé René-Simon membre d’honneur de l’APC.

 

 

Retour  à l'aperçu

Plus fort.e.s ensemble. Devenez membre de l'APC et profitez...

…de nombreux avantages tels que des conseils juridiques concernant votre emploi, de nombreux rabais, une représentation efficace de vos intérêts et bien plus encore...